Rêves d'un mouton electrique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 31 août 2007

Le Départ

Les vacances, c’est une aventure ! Avec un minimum d’organisation et un maximum de liberté, on arrive à nous défaire de notre stress et de beaucoup de tâches inutiles qui encombre notre quotidien. Je suis très heureux à l’idée de découvrir Hervé au quotidien.

Je n’écris plus aussi souvent sur mon blog, pas parce que je n’ais plus rien à dire mais plutôt parce que je suis dans une période de transition et de réflexion. Je prendrais peut-être le temps d’écrire ce que je vivrais durant ces vacances, cela me permettra peut-être de trouvé des clefs pour ouvrir des portes…

samedi 4 août 2007

In Madeleine Place

Je suis un informaticien feignant (normal) et pourtant je travail aujourd’hui. Je suis à la madeleine et heureux d’ny être assis sur une terrasse tranquille à côté du théâtre Edouard VII. Il fait beau, je bois une menthe à l’eau et je me mets en appétit pour un thon laqué bleu. J’ai trouvé un Hot spot et je me suis dis qu’il serait sympa d’écrire un petit mot sur mon blog. La terrasse était vide et il a suffit que je m’asseye pour initié un mouvement, les hommes sont parfois des animaux grégaires ! Je reviendrais surement dans ce quartier que je trouve plutôt sympa et pas loin de chez moi, d’ailleurs je n’y reviens pas plus tard que cet après-midi ou je dois poursuivre ma demande d’intervention.

mercredi 1 août 2007

Croyez-vous aux fées ?

Son ombre est dans un de mes tiroirs et je vie avec. Les jours s’envolent ! J’arrêter d’essayer à tout prix d’occuper mon esprit en le distrayant, en le nourrissant de culture ou en l’endormant. Il m’est indispensable de connaître la véritable nature de mes désirs pour déterminer s'ils sont de ceux qui doivent être satisfaits. Croyez-vous aux fées ? Pensez-vous que si l’on proclame bien haut ce que l’on croit, ce désir se réalise ? Si l’on croit, que l’on frappe bien fort dans ses mains, rien n’est impossible ? Je rêve et j’exhorte qu’il soit là, j’applaudie à me faire mal aux paumes pour que mon monde ; celui que j’invente ; s’illumine et redouble de vie. Vivement le nettoyage de printemps, je veux être joyeux, innocents et sans-cœur (peut-être) !