Rêves d'un mouton electrique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 11 avril 2011

Un Crabe plein de sagesse

Il était une fois une grande mare remplie de poisson ; Au fil du temps les pluies diminuèrent et la mare devient de moins en moins profonde. Un beau jour, un oiseau se posa sur le bord du rivage et dut aux poissons : « je suis vraiment désolé pour vous, les poissons. Vous avez à peine assez d’eau pour rester mouillés. Savez-vous que, pas très loin d’ici, il y a un grand lac de plusieurs mètres de profondeur ou les poissons nagent heureux ? »
Quand les poissons de la mare entendirent cela, ils en furent tout galvanisés ; ils dirent à l’oiseau : « C’est bien beau mais comment pourrions nous y aller ? » L’oiseau dit : « Aucun problème. Je peux vous transporter dans mon bec l’un après l’autre. » Les poissons en discutèrent ensemble : « la vie n’est plus vraiment belle ici. L’eau nous couvre à peine la tête. Nous ferions mieux de nous en aller. » Alors ils s’alignèrent pour que l’oiseau les emporte.
L’oiseau prit les poissons un par un. A peine se trouvait-il hors de vue de la mare et disait aux autres : « En ce moment même votre ami est en train de nager joyeusement dans le lac et il demande quand vous allez venir le rejoindre ! » Tout cela paraissait formidable aux poissons. Ils avaient hâte de partir et commencèrent à se bousculer pour être en tête de la file d’attente.
L’oiseau finit par manger tout les poissons de cette manière. Il retourna à la mare pour voir s’il en restait encore mais ne trouva qu’un crabe. Alors l’oiseau reprit son discours à propos du lac.
Le crabe était assez sceptique. Il demanda à l’oiseau comment il pourrait y arriver et l’oiseau répondit qu’il le transporterait dans son bec. Mais ce crabe était sage. Il dit à l’oiseau : « Voilà ce que je te propose : je m’assiérai sur ton dos avec le bras autour de ton cou. ET si tu essais de me jouer un mauvais tour, je t’étranglerai avec mes pinces. »
L’oiseau s’irrita de cette méfiance mais décida d’essayer tout de même, espérant avoir l’occasion de manger le crabe d’une manière ou d’une autre. Le crabe monta donc sur son dos et ils s’envolèrent. L’oiseau vola en cercles, à la recherche d’un endroit ou se poser. Mais à chaque fois qu’il essayait d’atterrir, le crabe commençait à lui serrer la gorge avec ses pinces. L’oiseau ne pouvait pas même crier pour protester, il n’émettait qu’un petit croassement sec. Finalement il dut renoncer et ramener le crabe à la mare.

Si vous êtes comme ces poissons, vous écouterez les voix qui disent combien tout serait merveilleux si seulement vous retrouviez la vie dans le monde. C’est un obstacle que l’on rencontre sur la voie. Alors j’espère que vous aurez être sages. Comme le crabe.

Tout apparaît, tout disparait de Ajahn Chah

vendredi 8 avril 2011

«Malcolm X» principal symbole de l'émancipation des Noirs était bisexuel

La bisexualité de Malcolm X, devenu Malek Al-Shabazz après sa conversion à l'islam, n'est pas une révélation. Elle avait déjà été évoquée dans une biographie de 1991 et même suggérée dans le biopic de Spike Lee, l'année suivante. Le récent étalage de détails intimes n'en a pas moins fâché les gardiens de la mémoire officielle et les inconditionnels du héros du Black Power. Dans une tribune du «Huffington Post», Irene Monroe, une auteure afro-américaine, estime toutefois que ce portrait de Malcolm X rend justice à «l'art de la survie propre à la prostitution de rue». Et tant pis pour «l'icône de la masculinité noire» vénérée par les représentants les plus machos de la culture hip hop, entre autres. Ou plutôt tant mieux: «C'est une occasion pour nous, conclut Monroe, de nous débarrasser de nos attitudes homophobes »

Article original sur http://360.ch